Accueil > PLAN CUL >

Couple candauliste : pourquoi tromper son mari ne pose aucun problème ?

Loin des idées reçues sur l’adultère quand on parle d’aventure sexuelle en dehors du mariage, le candaulisme est une pratique qui peut s’inscrire dans toute relation normale. Du moment que le fantasme est partagé et qu’il est bien vécu, il peut se révéler assez bénéfique et épanouissant. Alors, dans quelles circonstances tromper son partenaire ne pose pas problème ?

Candaulisme : un fantasme à trois

Dans toute aventure candauliste interviennent généralement trois personnes. Il s’agit d’une part d’un couple et d’autre part d’un amant. L’image du couple candauliste est fortement associée aux couples hétéros. La pratique est cependant partagée par tous ceux qui le désirent, ce qui implique aussi les couples homos et trans entre autres. Les rôles ne s’arrêtent donc pas à l’image classique de la femme, du mari et de l’amant. Sous les traits de la femme, se trouve la personne offerte et sous celui de l’homme, la personne dominante. Mais en même temps, l’homme peut être le dominé et la femme la dominante. Cela dépend notamment de qui prend l’initiative. La troisième personne dans ce trio est l’amant.

Parfois, les personnes avancent que cette relation relève du triolisme, à côté d’autres pratiques sexuelles face auxquelles on a du mal à la définir sans un œil averti. Il convient de notifier que le triolisme fait allusion à toute sexualité qui prend place entre trois différentes personnes. En tant que tel, le candaulisme est donc une pratique liée au triolisme. Mais la passivité de l’un des partenaires rend le contraire impossible. Toujours est-il que toute relation candauliste commence par le partage et le consentement afin d’installer entre les différentes parties, un climat propice.

Candaulisme : des limites définies

L’un des conseils de base auxquels les couples candaulistes ont droit, c’est de définir clairement des limites à leurs relations. Ce qu’il est parfois facile d’oublier, c’est que l’initiative du candaulisme dans le couple part généralement d’un partenaire. C’est ensuite que le second peut se laisser tenter. Même s’il se montre favorable, des subtilités peuvent naître qui vont influencer la relation dans le mauvais sens. C’est pourquoi le point de départ reste la définition des limites.

Lorsque cette étape est bien menée, aucun problème ne se pose plus. La femme peut rendre son mari cocu en sa présence comme en son absence sans que cela n’influe sur leur vie commune. D’ailleurs, ce dernier apprécie ce type de situation et peut facilement inciter son épouse à s’y livrer encore afin de satisfaire ses fantasmes. Notons que de cette façon, chacun tire profit de la relation. Les deux conjoints sont donc quittes, tant qu’ils respectent les normes et les limites qu’ils se sont données. S’ils sont assez altruistes, alors ils savent garder à l’autre toute sa considération et sa place, ce qui est indispensable pour une expérience positive et intéressante.


ARTICLES SIMILAIRES